League of Legend

League of Legends est un free to play qui se présente comme le successeur de dota. Comme beaucoup de free to play, tout le contenu est gratuit, mais pour avoir accès à tous les héros, skins, runes et autres joyeusetés, vous allez devoir dépenser des points gagnés in-game (via les 10 héros gratuits par semaine) ou dépenser un peu d’argent réel. Le jeu ne révolutionne pas le genre, mais comme des Starcraft ou Warcraft en leur temps, LOL sait tirer parti de ses aînés et les exploiter au maximum.

Parier sur League of Legend

Les paris les plus communs sont ceux sur les match lors de grands tournois nationaux ou internationaux officiels. Pour notre plus grand plaisir ceux-ci sont très nombreux.

Il s’agit de miser sur son équipe favorite et si votre pronostic est bon, vous remportez les gains. Généralement les bonus paris sportifs se font sur chacune des parties de la rencontre. Pour compenser les différences de niveau des équipes, des ‘handicaps’ sont rajoutés aux favoris afin de monter le niveau des cotes.

Il y a aussi la possibilité de miser sur le vainqueur du tournoi dans sa globalité (très grosses cotes), ou sur qui détruira le plus de tours ou fera le first blood. Étant donné qu’il n’y a pas beaucoup de variations dans les paramétrages du jeu et que ce sont les équipes professionnelles qui règnent en maître, les paris sont regroupés et les cotes assez élevées (1.7 même sur les favoris).

Vous pourrez miser sur l’équipe de votre choix, sur l’ensemble des compétitions disponibles et avoir accès au calendrier des compétitions à venir et même recevoir des alertes par email.

 

DOTA :  qu’est-ce que c’est ?

DOTA (Defense of the Ancients) est à la base une custom map pour Warcraft3 qui proposait aux joueurs de contrôler un héros et de se tataner pour détruire la base adverse en 5v5. Pas de construction, pas d’unités à gérer, c’est une sorte de Diablo-like en team. Le mod a pris très rapidement de l’essor et de nombreuses variantes ont été créées. Bref, l’engouement a été tel qu’aujourd’hui plusieurs jeux tentent de récupérer les joueurs de DOTA, notamment Heroes of Newerth, Demigod ou bien évidemment LoL.

League of Legends

League of Legends propose donc une pléthore de héros (43 actuellement, un 44e annoncé), des items à foison, mais seulement 2 maps pour le moment, l’une en 3v3 et l’autre en 5v5.

Par rapport à DotA, le jeu gagne une meilleure lisibilité au niveau des items (surtout pour les nouveaux joueurs). Lorsqu’on sélectionne un item dans la boutique, on peut directement voir quels autres items sont nécessaires à sa création, ou bien en quoi cet item est upgradable. Chaque héros dispose de 6 items conseillés (pas toujours pertinents malheureusement), permettant une prise en main plus rapide en évitant de chercher des heures quels items acheter.
On gagne aussi par rapport à DOTA des moyens de customiser son personnage par l’ajout d’un arbre de maîtrises et de runes. Des skins sont également disponibles, mais n’apportent pas grand-chose au jeu.

Pariez sur League of Legends Unibet

© Unibet

Les équipes League of Legends

Fnatic :

L’équipe fnatic est sur tous les front et non pas seulement sur CSGO, c’est l’une des plus populaire sur league of legend :

L’organisation Fnatic est l’un des poids lourds du paris sportif eSport. Soutenant des équipes victorieuses dans le monde entier, elle a remporté des titres dans tous les jeux compétitifs majeurs ces dix dernières années. En mars 2011, Fnatic a fait ses premiers pas sur la scène compétitive de League of Legends en recrutant les joueurs de MyRevenge. En juin, ses investissements ont porté leurs fruits : FnaticMSI. LoL a battu Against All Authority et est devenue la première équipe championne du monde de League of Legends. En novembre de la même année, elle ajoutait l’Amérique du Nord à son tableau de chasse en venant à bout de SK Gaming, son rival, aux IEM de New York.

Gambit BenQ :

Lors des premiers mois de la Saison 1, la plupart des joueurs de Gambit BenQ jouaient dans l’équipe MTG. Déterminés à accéder à la scène internationale, ils ont recruté un nouveau jungler et un nouveau carry AD. Ils ont alors formé Team Empire et sont rapidement apparus sous les feux des projecteurs en éliminant les vétérans de SK Gaming lors des qualifications pour les IEM de Kiev. Leur victoire a su attirer l’attention de Moscow Five, une organisation d’eSport, qui les a ensuite recrutés. Redoutables, innovants et soutenus par un sponsor réputé, ils ont dominé la Saison 2. Après avoir remporté les événements IEM de Kiev et d’Hanovre, leur impressionnante maîtrise n’a été contrariée que par Evil Geniuses (anciennement CLG.EU) qui a relégué Gambit à la deuxième place de la Dreamhack Summer 2012. Les deux équipes se sont ensuite livrées à un duel permanent pendant le reste de la Saison 2, jusqu’à ce que Gambit prenne sa revanche lors de l’ECC Poland et de la finale régionale de la Saison 2. Grâce à sa domination des tournois internationaux, l’équipe est devenue l’un des titans du circuit européen. Elle a bouleversé la métagame internationale étant donné ses stratégies innovantes et a su gagner le cœur de nombreux fans. Favorite du championnat du monde de la Saison 2, Gambit s’est toutefois incliné 1-2 en demi-finale face aux Taipei Assassins, les futurs champions. Préqualifiée pour la Saison 3 et désormais soutenue par un nouveau sponsor, Gambit va tout faire pour dominer les saisons suivantes.

Les joueurs connu League of Legends

Faker :

Faker est considéré comme le meilleur joueur de League of Legends au monde. En octobre 2013, il a remporté le Championnat du monde comme membre de SK Telecom T1 K. En 2014, SKT K and SKT S fusionnèrent et Faker devint membre de la nouvelle équipe SKT T1. Malheureusement, SKT T1 ne réussit pas à se qualifier au Championnat du monde de 2014.

En novembre 2014, Faker refusa divers contrats d’équipes chinoises, dont une offrant 500 millions de Won1, contrairement à plusieurs autres joueurs célèbres, comme Pawn ou Mata.

En 2015, lors des LCK (League of Legends Champions Korea) d’été, il fut retiré de l’équipe avant de revenir en marquant un « Quintuplé » (Pentakill) contre l’équipe NaJin e-mFire.

Durant le Championnat du monde de 2015, lui et son équipe ne perdirent qu’un seul match, finissant avec un score record de 15 victoires pour 1 défaite.

SKT T1 commença l’année 2016 en remportant les LCK de printemps ce qui leur permet de se qualifier au MSI (Mid-Season Invitational). Ce tournoi était, à l’époque, le seul titre qui manquait à leur palmarès. Malgré un départ moyen, ils perdirent quelques des matches de poule, ils réussirent à se qualifier pour les demi-finales et finirent par remporter la finale contre l’équipe américaine CLG (Counter Logic Gaming).

Bjergsen :

Arrivé chez TSM pour le Spring Split 2014 des LCS NA, Bjergsen est le joueur qui aura le plus fait rayonner l’équipe à travers le monde. Très connu pour ses actions de génie et une capacité à détruire ses adversaires quand il est bien épaulé, le danois est très vite devenu la « superstar » de TSM. Bjergsen est le seul joueur à être resté globalement constant tout au long de son aventure en LCS NA. Bjergsen sait jouer autour de ses coéquipiers et s’est illustré en étant le midlaner participant le plus aux exécutions de son équipe pendant la phase de groupe de ces derniers Championnats du Monde.