Counter Strike : Global Offensive (CSGO)

Counter Strike : Global Offensive (CSGO) est un FPS en ligne développé par Valve et disponible sur Steam. Il est sorti le 21 août 2012 sur PC et console. Ce jeu est la suite de CS 1.6 et de CS : Source. C’est un jeu où la cohésion de l’équipe est la clé.

Le jeu oppose deux équipes : les terroristes (T) et les contre-terroristes (CT) sur différentes cartes proposant plusieurs scénarios jouables dans différents modes de jeu :

CSGO : Les scénarios

Les cartes Defuse mode (dont le nom commence par de_) : Ce sont des maps (cartes) où les terroristes gagnent en faisant exploser une bombe posée sur un des 2 sites bomb ou en tuant tous les CT. Les CT gagnent soit en tuant tous les terroristes soit en désamorçant la bombe si elle a été posée par les terroristes.

Les cartes Counter Strike (dont le nom commence par cs_) : Sur ces maps, les terroristes doivent garder des otages et tuer tous les CT, tandis que les CT doivent aller chercher les otages pour les emmener au point d’extraction ou alors tuer tous les terroristes.

Parier sur CSGO

CSGO : Les modes de jeu :

Vous pouvez parier sur tous les modes CSGO, regarder ici pour les bonus paris sportifs avec Ladbrokes, Bet777, Circus, eurotierce, Betfirst ou Betway.

Le mode occasionnel :

Les deux équipes s’affrontent afin d’être la première à remporter 16 rounds. Ici, lorsque vous mourrez, vous ne pouvez pas jouer avant le début du prochain round. Les équipes sont constituées de 2 à 16 joueurs selon le serveur sur lequel vous jouez et le nombre de personnes connectées. Vous gagnez de l’argent à chaque kill, lors de la pose ou du désamorçage d’une bombe, du sauvetage d’un otage et à chaque fin de round.

Le mode compétitif :

Il est semblable au mode occasionnel sauf sur 2 points. Les deux équipes sont constituées de 5 joueurs. Les victoires vous donnent des points tandis que les défaites en retirent. Ces résultats vous donnent un grade, qui varie en fonction de votre progression (nous reviendrons sur ce mode de jeu dans un autre guide).

Le mode “match à mort” :

Ici, les deux camps se battent sur une map. Sans gestion d’argent, vous choisissez votre arme. A chaque mort, vous revenez en jeu instantanément.

Le mode “démolition” :

Vous jouez sur des maps spécifiquement conçues pour ce mode. A chaque round, le jeu vous attribue des armes aléatoires si vous avez fait un kill au round précédent. La victoire est donnée au meilleur des 20 manches.

Le mode “Course à l’armement” :

Ce mode de jeu est aussi joué sur des maps spécifiques. Les deux équipes s’affrontent mais le jeu est plus personnel. Dès que vous tuez quelqu’un, vous changez d’arme. L’objectif est d’être le premier à réussir un kill avec le couteau d’or.

Equipes connues sur CSGO :

Fnatic :

Cette équipe est composée de 4 joueurs capables de gagner un match à eux tout seul. Olofmeister est incontestablement le meilleur joueur de cette année, très fort au rifle ou à l’AWP, JW l’AWPer imprévisible, KRiMZ ultra régulier et flusha tout simplement bluffant lors des majors. Un seul homme a été remplacé dans cette formation : pronax, en cette fin d’année.
En effet fnatic a totalement dominé la première moitié de l’année, ils étaient juste imbattables, raflant toutes les premières places. Puis les difficultés ont commencé à arriver, et malgré une excellente vision du jeu pronax n’était pas assez présent en skill.

TSM :

Bien qu’ils ne soient plus dans cette structure, nous utiliserons TSM pour les désigner.
TSM aurait pu être la meilleure équipe de cette année. Mais ils font face à un gros problème : le manque de grosses victoires. Ils n’ont gagné aucun tournoi permettant d’empocher plus de $40,000 dollars. Ils sont présents de manière récurrente sur le podium, mais jamais sur la première marche pour les gros tournois. A chaque fois ils font face à une désillusion.
Le but pour 2018 est simple : gagner, et gagner gros. Si ce n’est pas le cas, la frustration ne ferait qu’augmenter au sein de l’équipe, pouvant alors amener à une baisse des résultats.

© ESL

CSGO : Les joueurs connus

GuardiaN :

L’ange gardien de Na`Vi’, Ladislav « GuardiaN » Kovács, est aussi le chef de file de l’équipe ukrainienne. Capable de défendre presque à lui tout seul un site bombe, ses facultés d’adaptation dépassent largement le stéréotype habituel du campeur qui fait du point and click. Même si Na`Vi a connu une mauvaise passe récemment, les performances de GuardiaN restent aussi solides que l’acier et s’améliorent à chaque tournoi.

Skadoodle :

Comme on l’a vu à Valence, la nouvelle line-up de Cloud9 est une force avec laquelle il faut compter. Pour tracter cette équipe, il y a la locomitive Tyler “Skadoodle” Latham, dont la maitrise grandement améliorée de l’AWP a été l’une des raisons expliquant la résurgence de Cloud9 après son arrivée en avril. Même si c’est lui l’AWP, il devra s’adapter à la présence d’un deuxième as de la gâchette dans l’équipe puisque Ryan “fREAKAZOiD” Abadir est aussi arrivé il y a deux mois.

CSGO : Les gros tournois :

DreamHack Tours CSGO 2018 :

La DreamHack reposait ses valises à Tours du 6 au 8 mai pour la troisième édition de la DH France. Un évènement à ne rater sous aucun prétexte pour tous les amateurs d’eSport de l’hexagone. Du côté de Counter-Strike Global Offensive, en plus du traditionnel tournoi BYOC, Tours accueillait une étape du circuit DreamHack Astro Open qui met aux prises 8 équipes du gratin mondial dans un tournoi à 100.000$.

Après une entrée en matière compliquée, les G2 paris Esports se sont finalement imposés devant leur public et remportent leur premier titre majeur depuis le Shuffle en dominant les HellRaisers en finale (2-0).

CSGO : ELEAGUE Major Boston 2018 :

Les meilleures équipes CSGO de la planète se retrouvent à Boston du 12 au 28 janvier pour le premier Major de 2018 organisé par ELEAGUE. Un million de dollars et le statut de meilleure équipe du monde sont en jeu.

Les hostilités débutent dès aujourd’hui et le Major commence déjà pour les Français de G2 Esports et Team EnVyUs dans le Challengers Stage.